LA PRESSE- DISQUES

Roland de Lassus Années de jeunesse

Roland DE LASSUS 
(ca. 1531-1594)

BIOGRAPHIE MUSICALE VOL. 1 – ANNEES DE 
JEUNESSE

LUDUS MODALIS, Bruno BOTERF (ténor et direction)

 

2011- DDD- 56’14- Texte de présentation en français, néerlandais, anglais et allemand- Musique en Wallonie- MEW 1158

 

 

Crescendo 

 

La biographie de Roland de Lassus commence par le mystère planant autour de l’année de sa naissance (1530 ? 1532 ?). S’ensuit un « enlèvement » de l’enfant (souvent « romancé » mais probablement arrangé contre compensation financière) qui, pour sa belle voix, est mené de Mons à Milan en passant par Mantoue et Palerme, au service de Ferrante Gonzague. Au cours de ces années de service princier, il se forme et s’imprègne des techniques de composition et du répertoire italien avant de gagner Naples (1549), où il se familiarise avec la commedia del’arte. Après un an passé là, il atteint le rang prestigieux de maître de chapelle de l’église Saint-Jean de Latran mais quitte cependant l’Italie en 1553 pour visiter ses parents malades à Mons -il les trouve morts à son arrivée.

Il part ensuite pour quelques « errances » (de l’Angleterre à Anvers en passant par la France) avant d’entrer au service d’Albert V de Bavière, à Munich. Des pérégrinations et expériences multiples de ces années de jeunesse, le compositeur tire un certain nombre d’oeuvres subtiles et magnifiques que nous propose ici l’ensemble Ludus Modalis, parfaitement juste de style- et d’intonation, comme il se doit. On se délecte de l’écriture (ou plutôt des écritures) du polyvalent Lassus qui fait montre d’une grande maîtrise des langues -dans sa musique mais aussi et surtout dans sa correspondance- et des différentes styles de son temps. On note toutefois la prédominance d’une esthétique italienne sérieuse sur des textes souvent magnifiques de Pétrarque et de ses suiveurs que le musicien illustre de madrigalismes (ce qui n’échappe pas aux chanteurs) et de références signifiantes à son propre nom (italianisé, « Lasso » signifie aussi « las, mélancolique », possibilité d’interprétation sur laquelle le Montois joue à merveille). Premier volume d’un portrait qui en comptera cinq, ces « années de jeunesse » augurent d’une série de haute tenue. A suivre…

Nicolas Derny

 

Roland DE LASSUS (ca. 1531-1594)

BIOGRAPHIE MUSICALE VOL. 1 – ANNEES DE JEUNESSE

LUDUS MODALIS, Bruno BOTERF (ténor et direction)

2011- DDD- 56’14- Texte de présentation en français, néerlandais, anglais et allemand- Musique en Wallonie- MEW 1158

Son 10 - Livret 10 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Dix pseaumes de David, Claude Le Jeune

Deux coeurs aimants, Paschal de L'Estocart

 

 

 

 

 

 

 

Diapason d'or : "Ecrites de trois à sept voix, ces pages sont magnifiées par l'approche fervente de Ludus Modalis, à un ou deux chanteurs par partie. Mieux qu'un réveil : une appropriation, sous la conduite toujours avisée de Bruno Boterf. Dans la très parcimonieuse discographie de cet auteur entre tous original, le nouvel album fait désormais figure de référence."                           

                                                                                       Roger Tellart, Diapason, juin 2007

**** Monde de la Musique : "C'est l’intérêt de cet enregistrement de présenter les deux facettes du compositeur, auxquelles la richesse de timbre de Ludus Modalis et la vie interne de toutes les parties du chant confèrent une présence remarquable.

La pâte sonore de Ludus Modalis, mi-choeur, mi-ensemble vocal, est saisissante dès la première pièce, avec les jeux savoureux de fausses relations ou de rencontres harmoniques inattendues entre la basse et les autres parties. L’aisance des phrasés, le naturel des respirations permettent de percevoir avec clarté les phrases musicales, jusque dans les passages les plus serrés (comme les Psaumes ou le vaste Suzanne un jour), alors que les tutti homophones sont sans raideur et respirent eux aussi comme dans le très réussi Hélas mon Dieu."

 

Marc Desmet, Le Monde de la Musique, juin 2007

 

 "Voici un disque qui transportera au septième ciel toute oreille un tant soit peu esthète, en constituant la manière idéale de découvrir la musique de ce compositeur français méconnu du XVIème siècle. L’ensemble vocal Ludus Modalis sert ces compositions somptueuses avec la passion de la conviction. Justesse des intonations, expressivité des voix, ces chanteurs captent et restituent la vie chaleureuse, émouvante et tendre qui émanent de ces pièces."

 

Plain Chant Suisse, 2007

 

"Le vrai plaisir vient de la manière avec laquelle les dix chanteurs de Ludus Modalis interprètent cette musique : bien sûr entièrement a capella, parfois à un chanteur par voix, parfois à plusieurs. Ils maîtrisent l'art de l'intonation pure jusqu'à la perfection, ce qui baigne l'auditeur en permanence dans un bain de sons bienfaisants, mais ne craignent pas d'apporter une couleur personnelle, de telle sorte que cela n'est jamais stérile."

 

Frits van der Waa, De Volkskrant, Kunst & Cultuur,2007, Hollande

 

"Le résultat donne un enregistrement merveilleux : il est difficile de départager ce qui est le plus admirable, la musique ou l'interprétation. C'est la combinaison des deux qui fait de ce disque un vainqueur. La musique est de première classe : avec la manière dont l'Estocart a mis les textes en musique ainsi que son talent à utiliser les règles de composition de son temps pour exprimer le sens de ces textes. L'ensemble est de première classe: l’intonation est parfaite, le mélange et l'équilibre des voix de l'ensemble est excellent. La flexibilité rythmique, la variété de nuances et le rendu du texte sont totalement admirables."

 

Johan van Veen, musicweb-international, 2007

"Les chanteurs ont non seulement réussi l'équilibre entre homogénéité et individualité des registres au sein des différents morceaux, mais proposent également des dynamiques toujours renouvelées et une grande variété de couleurs. En résumé, une interprétation de première classe et un enrichissement pour le répertoire."

Georg Henkel, musikansich.de 2007 

"L'ensemble mixte a capella, Ludus Modalis, dirigé par Bruno Boterf, est spécialisé dans la musique de cette période et chante avec passion et autorité. Leur intonation est parfaite et leur son est pur et naturel."

 

                                                                                   Stephen Eddins, allmusic.com, 2007

Une Messe pour la Saint-Michel et tous les saints anges

****Le Monde de la Musique : A l'unisson ou revendiquant différents degrés d'indépendance (comme parfois le serpent de Michel Godard), les voix de Bruno Boterf (taille), Vincent Bouchot (basse-taille) et François Fauché (basse-taille également) sont de toute beauté.

                                                 Michel Roubinet, Le Monde de la Musique, juillet-août 2005

 

"L'ensemble dégage un véritable sentiment de fraîcheur. L'accompagnement au serpent, toujours risqué tant les sources historiques sont fragmentaires, est une belle réussite née de l'unité de ton entre l'ensemble vocal sobre et juste et l'instrument liturgique".                                           

                                                                               David Loison, Répertoire, octobre 2005

 

"L'écoute pourra s'avérer austère, rude parfois, à l'image de ce plain-chant à la conduite lente et grave, impression accentuée par le soutien massif du serpent. L'orgue contribue alors à relancer le discours en jouant sur les couleurs âpres de l'orgue, grâce notamment à son tempérament mésotonique Autre point fort de cet enregistrement, la pratique du contrepoint sur le livre. Ecoutez par exemple le Graduel ou l'Alleluia: nous voici plongés dans un univers sonore absolument saisissant, rare, parce que sans doute plus sensible."

                                                                          Sylvain Gasser, classicstodayfrance, 2005